La fontaine de Bab Doukkala

Oeuvre de restructuration d’un ancien quartier, le complexe Mouassine avait atteint son but comme le constate plus tard un chroniqueur marocain du 17ème siècle : « Cette mosquée est devenue, dit-il, le centre autour duquel tourne la médina. »Désormais d’autres complexes du même genre allait suivre tel celui de Bab Doukkala, édifié à la fin du XVI eme siècle. La fontaine de Bab Doukkala, construite presque à l’identique de la fontaine Mouassine, date donc également de l’époque saadienne. Elle porte la patronyme d‘une femme qui était reconnue très pieuse et très juste, « Lalla Houda Saafia ».

Son architecture est similaire à celle de la fontaine Mouassine, quoique moins richement décorée. Aujourd’hui trois grandes portes en bois ferment les anciennes baies où les animaux venaient s’abreuvaient. Une grille protège l’accès à la fontaine, fermée depuis la fin des années 90. En outre, on peut remarquer sur le mur intérieur des traces noires. Elles sont dues aux bougies que les femmes viennent déposer certains soirs. Dans l’imaginaire populaire, la fontaine conserve un rôle bienfaiteur et reste un symbole. Que les bougies veillent la fontaine, c’est assurer la pérennité de l’eau et donc de la vie, en ce site insensé.

Remise en état durant l'été 2009 par des bénévoles du programme de mémoire de l'eau REMEE, la fontaine Bab Doukkala a été nettoyé, ses enduits et son bassin ont été rénovés. Une équipe d'experts s'est depuis attelée à la restauration des stucs et de sa plomberie. Grâce à ce programme, la fontaine devrait retrouver sa place aux cotés des anciens lavoirs et des bains de cet ensemble monumental.

Recommandés pour vous

Pin It on Pinterest

Share This