Jardins de l'Agdal

Situé au Sud du palais Dar El Mahkzen et conçus au 12° siècle sous le règne d’Abd el-Moumen, un souverain almohade, les jardins d’Agdal ont trouvé leur forme actuelle et leur mur d’enceinte au 19° siècle. Ces jardins tirent littéralement leur nom du « jardin », Agdal qui signifiant justement ce mot. L’irrigation des oliviers, orangers ou grenadiers du jardin se fait grâce à un judicieux système d’irrigation qui s’appuie sur plusieurs réservoirs alimentés par les eaux du haut Atlas.

La terrasse panoramique du Dar el Hana, situé au bord du plus grand bassin du jardin (l’Es Sala), offre une fabuleuse vue sur les montagnes de la chaîne du Haut Atlas. En été, ce véritable paradis terrestre permet de jouir de la fraîcheur et du cliquetis du bruit de l’eau ruisselante mêlés aux douces effluves provenant du feuillage des abricotiers et oliviers. Un rafraîchissement qui vaut toutes les piscines au Monde. Au fil de sa promenade bucolique, on appréciera également le kiosque à colonnes au plafond richement décoré et dont les tuiles turquoises offrent un contraste saisissant avec le ciel bleu de Marrakech.

L’irrigation des oliviers, orangers ou grenadiers du jardin est un témoignage du génie technologique des Almohades. Elle se fait grâce à un judicieux système d’irrigation (les khettaras) sui s’appuie sur plusieurs réservoirs alimentés par les eaux du haut Atlas. A l’origine, les bassins des jardins de l’Agdal ainsi que celui de la Ménara constituaient d’immenses réservoirs qui assuraient l’irrigation en eau des jardins mais servaient également à réguler le flux des khettaras et des seguias.

Crédit photo de Une : « Maroc Marrakech Agdal Luc Viatour 2 » par I, Luc Viatour. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

Pin It on Pinterest

Share This